ACTUS DU SOMMEIL ET DE LA LITERIE - 21/04/2017

L'influence de la pleine lune sur notre sommeil

Influence de la lune sur le sommeil

 

Lorsque nous parlons de pleine Lune nous pensons à plusieurs mythes et légendes transmises depuis des générations, en passant par les Loups Garous, le déclenchement des accouchements ou encore le changement de notre comportement.

 

Mais le récit le plus réputé dans le monde est que ce satellite naturel perturberait notre sommeil. Est-ce aussi une légende urbaine ou une réalité ? Maliterie s’est renseignée sur ce sujet pour que vous puissiez enfin dormir sur vos deux oreillers.

 

Les rythmes du sommeil

Une piqûre de rappel est nécessaire pour bien comprendre les résultats scientifiques qui vont suivre à l’aide d’une synthèse sur le fonctionnement de notre sommeil

Notre sommeil est composé de plusieurs cycles débutant par le sommeil lent et terminant pas le sommeil paradoxal. Le sommeil lent se décompose en 4 phases :

  • Les phases 1 et 2 forment le sommeil léger. Durant la 1ère phase, nous sommes encore en éveil et nous pouvons être perturbés par le moindre bruit environnant. Une diminution de l’activité cérébrale se produit lors de la 2nde phase. Les muscles se détendent et les battements de notre cœur ralentissent.

  • Les phases 3 et 4 forment le sommeil profond. Notre cerveau n’est plus sensible à stimulations extérieures. Nous reposons notre organisme qui reconstitue le plein d’énergie.

Et c’est à la suite de ces phases que vient le sommeil paradoxal. Notre activité cérébrale redevient intense, nos yeux sont constamment en mouvement et nous rêvons.

 

L’existence d’une horloge « circalunaire» ?

La Lune influence les cycles de certains animaux. Par exemple, les poissons se positionnent sous la lumière de la pleine Lune pour synchroniser leurs émissions de gamètes afin d’augmenter leur chance de fécondation.

Afin de clarifier si la Lune peut modifier nos cycles de sommeil, une équipe de chercheurs Suisse, dirigée par le docteur Christian Cajochen, s’est penché sur le sujet en effectuant plusieurs tests auprès de 33 sujets en les comparants avec les cycles lunaires. Les résultats du test sont surprenants ! Les sujets mettent 5 minutes à s’endormir, ils dorment 20 minutes de moins et l’activité cérébrale diminue de 30% lors du sommeil profond. Le plus stupéfiant et que le taux de mélatonine (« l’hormone du sommeil ») est au plus bas. Cette hormone joue un rôle crucial lors de la phase « veille-sommeil ». Elle contribue à notre endormissement.

Les chercheurs pensent que nous possédons une horloge « circalunaire ». Équivalent à l’horloge circadienne qui est basée sur 24h, notre organisme serait réglé sur les cycles de la Lune.

 

Que devons-nous conclure ?

L’expérience a certes apportée des résultats étonnants mais n’oubliez pas que le panel était composé de 33 personnes. Cet échantillon n’est pas assez important pour que nous puissions effectuer une conclusion objective.

Nous pouvons aussi nous conditionner de manière psychologique à ne pas trouver le sommeil. Les croyances peuvent avoir une incidence sur notre comportement. Par exemple, une des croyances de la pleine Lune sur notre organisme est l’augmentation des accouchements alors que selon les statistiques, il y a autant de naissances durant les autres phases Lunaire !

 

Article rédigé par Carmen du magasin de literie Maliterie.com de Boulogne Billancourt