Cinq techniques pour bien dormir après un “dernier verre”

Publié le : 21/07/2018 16:35:45
Catégories : À-côté du sommeil , Bien dormir , Le saviez-vous ? , Style de vie

Cinq techniques pour bien dormir après un “dernier verre”
Vous souhaitez passer une bonne nuit ? Alors nous ne vous conseillons pas de prendre ce “dernier verre”, mais quand la soirée bat son plein, la voix de la raison l’emporte rarement ! Si la bière, le vin et les spiritueux aident à s’endormir rapidement (en réduisant la latence d’endormissement), ils influent néanmoins sur le déroulement de nos nuits et nous poussent à nous éveiller fréquemment. Nous allons donc vous proposer 5 techniques pour retrouver un sommeil réparateur après une soirée un peu trop arrosée :


Mieux vaut prévenir que guérir ! Si vous souhaitez passer une bonne nuit de sommeil, essayez d’alterner un verre d’alcool avec un verre d’eau. De cette manière votre organisme évacuera plus facilement et plus rapidement l’alcool qu’il perçoit comme une toxine. Attention si vous consommez des boissons sucrées, vous devrez également éliminer le sucre, en utilisant cette même technique.

Comme les mélanges alcool-boissons gazeuses, les vins mousseux vont vous torturer pendant la nuit ! Ils provoqueront des excédents de gaz et des ballonnements qui distendent le ventre, cela augmente la surface d’absorption de l’alcool et par conséquent les risques de troubles du sommeil.
Il est possible de boire en mangeant mais soyez vigilant sur votre consommation, la nourriture ralentit l’action de l’alcool. C’est aussi un moment propice pour prendre les quelques verres d’eaux permettant d’évacuer les toxines.

Après avoir bu, il est préférable de laisser s’écouler quelques heures avant de tomber dans les bras de Morphée. En fonction de votre gabarit, de votre sexe, de votre consommation, laissez passer 2 à 4 heures entre votre dernier verre et votre lit (notre corps met environ trois heures à métaboliser 25 cl d'alcool).

Ne prenez pas de médicaments pour faciliter l’endormissement après avoir bu ! L’alcool et les somnifères agissent en majeure partie sur les mêmes récepteurs, entraînant un effet cumulé qui peut représenter un vrai danger sur la respiration. La dépression respiratoire ne doit pas être prise à la légère, l’alcool a une grande incidence sur les troubles du sommeil. D'après la National « Sleep Foundation » américaine, plus de 18 millions d'adultes souffrent d'apnée du sommeil, caractérisée par des interruptions de la respiration pendant le sommeil. Comme l'alcool décuple les difficultés respiratoires, les personnes concernées courent deux fois plus de risques.

Si vous espérez bien dormir après votre prochaine soirée, pensez à appliquer ces conseils

Articles en relation

Partager ce contenu